JOURNAL 43

Vous êtes ici :

Publié le jeudi 31 août 2017 à 05h13

 

JOURNAL 43….. Eve est revenue ! Je veux parler ici de « l’Eve d’Autun » (images 1 et 2) qui, libérée des noirs outrages du temps, nous offre le grain de sa peau, plus ondine et aérienne que jamais. La même, et toute autre. Toujours aussi mutine – certains diront sournoise – avec cette main qui va chercher loin derrière elle le fruit défendu, tête soutenue par l’autre main, comme en repos. En repos ou en interrogation ? Ou bien ne réalise-t-elle pas à cet instant l’ampleur du drame ? Car ce geste de la main droite c’est, dans l’iconographie romane, signe d’affliction et de douleur. C’est en particulier celui de Saint Jean au pied de la croix. Alors ?... Il nous manque Adam, face à elle sur le linteau de ce portail Est de la Cathédrale d’Autun ; il nous manque le tympan lui-même avec la Résurrection de Lazare pour décider d’une interprétation certaine. Et la réponse devra tenir compte du fait que c’est par ce portail qu’entraient les pèlerins dans l’église Saint Lazare (qui ne deviendra Cathédrale que plus tard) pour aller droit au tombeau du frère de Marie et Marthe, dans le chœur.

            L’exposition du musée Rolin d’Autun, « Eve ou la folle tentation », suite à celle du Louvre à Paris où la sculpture a été restaurée, ouvre d’autres pistes exploratoires en lien avec diverses œuvres de l’antiquité à la Renaissance. Parmi celles-ci, souvent limitées au formalisme, un rapprochement entre Eve et Pandore est opéré, sérieusement étayé par une peinture de Jean Cousin (16ème siècle) « Eva prima Pandora » (image 3) ; On y voit la belle pandore ouvrir le coffret qui va répandre malencontreusement désordre et désolation sur la terre dans un geste et une attitude identiques à celle de notre Eve cueillant le fruit défendu. Quelle solidarité dans l’image de la femme coupable des malheurs de l’Humanité ! Et, au passage, singulière mise en évidence que le christianisme n’a ni la primauté, ni l’exclusivité, des mythes misogynes. En ce qui concerne l’Eve autunoise, le doute sur la signification de son expression ouvre d’autres possibles que la simple tentation assouvie. Avec ce demi-sourire mélangé de perplexité, j’irai jusqu’à lui prêter l’intention délibérée de briser l’interdit pour que l’Humanité advienne dans sa liberté, et non comme assistée perpétuelle d’un « Papa » bienveillant, voire un peu possessif.

            Mais le beau musée d’Autun a d’autres richesses que l’exposition autour d’Eve. Un ensemble gallo-romain somptueux, proximité de Bibracte et passé romain obligent. Une collection moyenâgeuse avec la « Nativité » du Maître de Moulins comme point d’orgue. « Annonciation » d’un des frères Lenain, paysages du 19ème siècle, études de Maurice Denis, le tout dans le cadre d’un hôtel particulier du 15ème siècle. On peut regretter une muséographie vieillie, voire brouillonne et encombrée ….. et devenant dramatique dans la présentation de la donation Frénaud avec des œuvres de Miro, Estève, Ubac, Bazaine, Fautrier, Geneviève Asse, etc. Ensemble à peine visible dans un espace étriqué aux éclairages inadaptés et défectueux. Triste au regard de cette richesse !

            Et pour terminer sur une note savoureuse, je vous propose une autre Eve pour laquelle j’ai une affection particulière (image 4). Il s’agit d’une gravure de jeunesse de Rembrandt (il a 32 ans), empreinte de ce réalisme cru qui se teintera bientôt de la poésie allusive des nuits lumineuses. Mais quelle beauté que ce couple laid ! La subtilité des ombres gravées du corps d’Eve illumine de douceur la grimace d’Adam. Ce partage à la fois tendre, cruel et savoureux est une merveilleuse image de l’humain. Humains fragiles dans la lumière, sous le regard du Serpent caricatural, presque clownesque, et fidèle au texte biblique où il ne perd ses pattes qu’après la chute.

 

            PRECISIONS :

 

L’exposition « Eve ou la folle tentation » est visible jusqu’au 15 octobre ….. et Autun est à 5 km. du Bas du Riaux…

Le musée est ouvert tjrs, sauf mardis, 10-13h et 14-18h.

 

Certains vont peut-être s’étonner de la présence d’un portail Est dans une église du Moyen Age. Ce n’est pas une erreur, mais le fait que la Cathédrale Saint-Lazare n’est pas orientée, fruit de sa construction en rapport avec la première Cathédrale, et la géographie du lieu…. Le portail avec Eve correspondrait au portail nord du transept d’une église orientée, et a longtemps été désigné ainsi.

Revenir aux actualités

JOURNAL 43