JOURNAL 67

Vous êtes ici :

Publié le mardi 27 août 2019 à 06:29

JOURNAL 67 … Je pensais consacrer ce Journal aux deux « invités » qui ont partagé l’Etable avec moi ces dernières semaines, Maxime Descombin et Bram van Velde. Les trois décennies d’amitié et de partage artistique avec le premier, la rencontre furtive avec le deuxième, et la présence permanente de son œuvre dans ma vie semblaient l’imposer …

           Raté ! Van Gogh, dont j’ai repris intensément l’étude de la correspondance dans les temps d’attente des visiteurs, s’est faufilé dans ce dialogue à trois … et a pris la place en me donnant envie de vous offrir un petit passage d’une lettre écrite en mars 1888 en Arles.

            Après une évocation de sa peinture en cours, et la première allusion du rapport de celle-ci avec le vitrail, une réflexion de Maupassant sur un mot de Flaubert « Le talent est une longue patience », viennent alors quelques premières impressions arlésiennes : 

            « Il y a ici un portique gothique que je commence à trouver admirable, le portique de St. Trophime, mais c’est si cruel, si monstrueux, comme un cauchemar chinois, que même ce beau monument d’un si grand style me semble d’un autre monde duquel je suis aussi bien aise de ne pas appartenir que le monde glorieux du Romain Néron.

            Faut-il dire la vérité et y ajouter que les zouaves, les bordels, les adorables petites arlésiennes qui s’en vont faire leur première communion, le prêtre en surplis qui ressemble à un rinocéros dangereux, les buveurs d’absinthe, me paraissent aussi des êtres d’un autre monde. C’est pas pour dire que je me sentirais chez moi dans un monde artistique mais c’est pour dire que j’aime mieux me blaguer que de me sentir seul. Et il me semble que je me sentirais triste si je ne prenais pas toute choses par le côté blague. » 

            Ah ce curé « rinocéros » (orthographe de Van Gogh) mélangé aux zouaves et aux petites communiantes !

            On a, dans ce croisement de regard amusé et tendre sur l’humanité avec l’interrogation artistique, sur fond de solitude grise, l’essence même de l’art du peintre qu’il résumait, plus jeune, dans une formule qu’il attribuait à saint Paul « Triste mais toujours dans la joie ». Il l’affirmera de multiples manières jusqu’à la fin de sa vie.

 

            J’étais prêt à développer quelques réflexions sur cette correspondance quand je me suis mis à chercher une image de Saint-Trophime d’Arles. Peu convaincu par les photos que je trouvais, j’eu l’idée d’aller chercher dans un des bijoux de ma bibliothèque « Voyage au pays des sculpteurs romans » d’Alexis Forel, dont j’ai le bonheur de posséder l’édition originale de 1913/14 avec les dessins de sa femme Emmeline. C’est le regard d’un graveur suisse, grand collectionneur de gravures, en particulier de Rembrandt, qui parcourt la France romane pendant deux ans notant remarques et impressions. Texte magnifique où le Moyen Age est considéré à l’aune … des arts grecs et romains, mais où l’on sent poindre au fil des pages une vraie compréhension des spécificités romanes.

            Quant aux dessins !!! Je vous en offre deux exemples (images 1 et 2) concernant Saint-Trophime et son cloître, sans commentaire.

 

            Comme vous le voyez, en cette fin de saison estivale mon esprit digresse.

            Revenons au présent qui s’annonce encore un brin animé.

Si l’exposition avec mes « invités » au Bas du Riaux (image 3)

             ETABLE, Bas du Riaux

            Œuvres sur papier de

                        Maxime DESCOMBIN

                        Bram VAN VELDE

                        Jean Paul LONGIN

Bas du Riaux, Guenand – 64 route de Mesvres,

71190 BRION (RD 46 entre Autun et Mesvres)

 est officiellement achevée,

elle sera encore visible sur RV au 06 42 44 01 21 jusqu’au 4 septembre environ.

           

            Quant à l’exposition auvergnate (image 4) elle dure jusqu’au 7 septembre

CHAMALIERES,

À L’ESCABEAU VOLANT

            Exposition personnelle

            Lundi, jeudi, vendredi, samedi : 10h/19h – mercredi : 14h/19h

L’Escabeau Volant, 104 avenue de Royat, 63400 CHAMALIERES (à la limite avec Royat)

www.lescabeauvolant.jimdo.com – 04 73 40 28 46

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Revenir aux actualités

Retour en haut de page

JOURNAL 67